Fashion Weeks : une nouvelle ère s’ouvre

Un nouveau chapitre s’inscrit en ce début de 2017 pour le monde de la mode. Pléthore de shows mixtes, défilés-événements, calendriers bouleversés, sans oublier les rituelles migrations d’une capitale de la mode à l’autre, ou encore les débuts attendus de nouveaux directeurs artistiques auprès de plusieurs maisons… Cette saison automne-hiver 2017-18 s’annonce des plus excitantes !
Fashion Weeks : une nouvelle ère s’ouvre  Un nouveau chapitre s'inscrit en ce début de 2017 pour le monde de la mode. Pléthore de shows mixtes,
Elle débute ce vendredi 6 janvier par la London Fashion Week Men’s avec la mode masculine qui, après les étapes de Florence (Pitti Uomo), Milan et Paris, s’achèvera à New York le 2 février, pour enchaîner sur le prêt-à-porter féminin dès le 9 février avec la Fashion Week de New York et se clôturer le 8 mars à Paris.

La principale nouveauté réside dans la multiplication de défilés mixtes unifiant collections homme et femme. Crise oblige, le format, surnommé « co-ed », qui permet aux maisons de faire de substantielles économies en se passant d’un show, a commencé timidement les saisons passées. Il s’installe désormais massivement, non sans révolutionner en profondeur les traditionnels calendriers des « Big Four ».

Certaines marques ont choisi, en effet, d’anticiper les rythmes en se positionnant sur les manifestations masculines, permettant ainsi aux acheteurs de découvrir et de se faire livrer en avance la collection féminine.

Parmi les grandes maisons ayant opté pour cette option, Vivienne Westwood va essuyer les plâtres lundi 9 janvier à Londres. Pour son premier show mixte, la créatrice a dû par exemple abandonner la place milanaise, où elle défilait jusque-là avec l’homme.

Privée de Vivienne Westwood, Milan pourra se rattraper le lundi suivant avec le défilé de Cédric Charlier. Ce dernier a quitté Paris, choisissant la capitale lombarde pour faire ses débuts avec l’homme, qu’il présentera avec sa collection féminine le 16 janvier.

Dsquared2 aussi y dévoilera l’homme et la femme ensemble pour la première fois le 15 janvier. Milan sera privée toutefois de Philipp Plein, qui se transfère à New York… avec un défilé « co-ed » en février prochain ! Autant dire un sacré casse-tête pour organisateurs, acheteurs et journalistes…

fashion week 2017
Paris n’est pas en reste, en effet, avec deux grands shows mixtes programmés le 22 janvier en clôture de sa semaine masculine : celui de Paul Smith et celui de Kenzo.

D’autres maisons ont quant à elles préféré organiser leur défilé mixte durant les Fashion Weeks féminines, comme l’a expérimenté Burberry dès septembre 2016 à Londres. Ainsi, il faudra attendre le mois prochain pour découvrir les collections masculines de Gucci et de Bottega Veneta, qui seront présentées avec les looks féminins, chacune lors d’un seul et unique show à Milan en février.

Autre exemple, celui de Calvin Klein, qui a programmé à son tour un show mixte homme-femme à New York le 10 février, sous l’égide de son nouveau directeur artistique, Raf Simons.

Du coup, la Semaine de la mode Homme milanaise s’annonce fortement réduite, puisqu’elle sera privée, en plus du show de Vivienne Westwood, aussi de ceux de Gucci, Bottega Veneta et Calvin Klein. Et ce alors que plusieurs griffes de menswear, telles que Canali, Corneliani et Pal Zileri, ont décidé de ne pas défiler cette saison. A Paris, Martin Margiela se contentera également d’une présentation.

La nouvelle tendance du « see now, buy now » continue, de son côté, à être pratiquée par de plus en plus de maisons, mais à doses homéopathiques. Difficile en effet de mettre en vente juste après le défilé l’ensemble d’une collection. En revanche, la formule employée juste pour quelques pièces permet de créer du buzz autour des marques.

Le marathon des semaines masculines sera animé par ailleurs par de nombreux grands débuts, tels ceux de Guillaume Meilland chez Salvatore Ferragamo, de Lee Wood chez Dirk Bikkembergs ou encore de Haider Ackermann chez Berluti.

Sont attendus aussi des retours comme celui de Cerruti, tandis que quelques absences se feront sentir, comme celle de Carven, qui a abandonné le menswear, ou celle de Saint Laurent, qui fera l’impasse sur son défilé homme encore cette saison.

Par 
Source : FashionNetwork